Comment bien gâcher une fête de Noël ?

La plupart du temps, il n’y a pas besoin de faire d’effort pour gâcher un réveillon en famille. Soumis à la pression atroce de passer un bon moment et de ne pas se foirer cette année (contrairement à l’année dernière ou Papy a terminé aux urgences après s’être entaillé le pouce avec un couteau à huître), tout le monde boit pour se détendre, et fini affreusement saoul, avec le fort besoin de régler violemment ses comptes avec les autres membres de la tablée. Pourtant, dans cette mer de champagne bon marché et d’huîtres douteuses, quelques tribus d’irréductibles résistent encore et continuent de passer de bons moments ensemble. Le père est diplomate, la mère a l’alcool joyeux, le frère et la sœur épanouis dans leurs vies pro et amoureuses sont complices et leur progéniture joue gaiement dans le jardin.
C’est intolérable.

Heureusement que je suis là pour te venir en aide et pourrir comme il se doit un réveillon qui avait pourtant tout pour être passable.

 

Se choisir un compère qui dépote

On est plus fort à deux gnagnagna, cette phrase a beau être terriblement clichée, elle ne s’avère pas moins vraie pour autant. Plus on est de fous, plus on gâche facilement la vie des gens.

Le choix du partenaire est crucial. Par exemple en 2019, le petit copain Anar un peu keupon risque de plaire à notre père dont la vie d’adulte a commencé bien après 1968.
Effet provoc’ : zéro.

L’idée est donc de choisir un-e- petit-e- ami dont les valeurs et le mode de vie sont à l’opposé de celle de la majorité de la tablée. Le tien s’appelle François, mais tout le monde l’appelle Benito. Toujours impeccable dans sa chemise noire, il a le regard droit et fier. Tu l’as rencontré à une réunion des jeunesses identitaires. Toi à la base, Tu venais assister à ton meeting mensuel de la France Insoumise, mais tu t’es trompée de salle et c’est Bébé qui a ouvert la porte. Coup de foudre, mort par chaos

 

Réussir son entrée
Comme dirait Beyonce (enfin, elle ne l’a pas vraiment dit, mais je suis persuadée que c’est ce qu’elle dirait si elle avait l’occasion de s’exprimer sur le sujet) : « – Honey, la petite porte, c’est pour les petits gens, la grande porte, c’est pour les grands gens ! »

En arrivant à 4 heures du matin, non seulement tu économises de l’argent (le train de journée coûte deux euros supplémentaires.) mais tu donnes à tes parents, ou quiconque viendra te chercher, l’occasion de te prouver son amour et sa dévotion et la chance d’être la première personne à te voir fouler le sol provincial de ce petit village reculé. Eh oui, pour économiser 1 euro de plus, tu as choisi une gare d’arrivée à 30 kilomètres de la ville où se tiendra le réveillon. Ta mère, ingrate, te demande si par hasard, tu ne pourrais pas prendre un taxi puisque les bus ne passent pas à cette heure pour le moins matinale. Ahahah. Tu n’as pas fait toutes ses économies pour les dilapider dans un Uber, les gens sont fous.

 

shutterstock_507420073

 

Ne pas se rendre indispensable
N’oublie jamais que tu es invité. Les gens apprécient ta présence à ta juste valeur et l’effort surhumain que tu as produit en traînant ton honorable séant jusque dans le canapé familial. J’ai cité Beyonce lors de mon paragraphe précédent et encore une fois l’analogie serait excellente si Beyonce avait ne serait-ce qu’un tier de ton aura.
Est-ce que Beyonce écoute sa mémé lui raconter pour la centième fois l’année où elle a été élue Miss Noël Débarquement 1945 ? Je ne crois pas. Est-ce que Queen B a déjà farci une dinde à mains nues ? CERTAINEMENT PAS.

La seule chose que tu dois accepter de toucher, c’est la croix de Lorraine tatouée sur la poitrine de Benito. Le voyage t’a épuisé et tu peux te permettre de rappeler à tes hôtes que tu t’es réveillée à 4 heures du matin après avoir dormi dans un train très modérément confortable. Merci donc de ne pas te solliciter et d’aller s’activer ailleurs, tout ce remue-ménage m’épuise.
Il arrive que dans certaines familles, on soit suffisamment à l’aise les uns avec les autres pour oser adresser directement une requête au principal intéressé du type : « Peux-tu rester avec mamy ? » ou « Peux-tu préparer la dinde ? ». Ne nous laissons pas faire, le mouvement #Metoo nous l’a suffisamment répété. Un non, c’est un non, et là, c’est non.

 

Mettre une bonne ambiance à table
Grâce à tout un tas de gens dont tu ne fais pas partie, le dîner est servi sur la table et comme tu t’y attendais, la dinde est trop cuite. N’hésite donc pas à le relever d’un franc : « Tata Noémie, tu as encore complètement raté ta dinde ! Il y en a marre de manger du carton chaque année ! » Face à sa mine déconfite, insiste « – Oh, mais ça va, je dis ça pour te rendre service ! Ils ont raison papa et maman, tu es vraiment pénible à tout prendre mal ! ». C’est à ce moment que l’importance du compère prend tout son sens puisque Benito saute dans la mêlée et s’exclame :
« – Oui, enfin au moins elle cuisine de la viande ! Avec le lobby Islamo-Vegan, on va bientôt être obligé de manger des cailloux sinon on finira en taule ! D’ailleurs bravo pour ces lardons dans la sauce ! On voit que vous êtes une résistance Noémie ! Cuisinière et patriote, voilà une vraie femme comme on en fait plus ! Au regard noir que lui lance Tonton Antoine, le mari de Noémie, Bébé surenchérit : – Bah quoi ? Je n’ai pas raison ? Je sais que de nos jours, on vit sous la dictature gaucho du politiquement correct, mais comme dirait ce martyr d’Eric Zemmour …. »

Nous sommes à approximativement 30 secondes du premier coup de boule, quant à ton père, il envoie déjà un SMS à son notaire pour lui demander de me rayer de son testament.
Et voilà le travail ! Ne me remerciez pas et Joyeux Noël !

 

shutterstock_748303177

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

clear formSubmit