L’enfant et le couple. Deux mots que la croyance populaire a rendu absolument incompatibles. L’ombre de la séparation et de la possible implosion n’est jamais loin, parce qu’un enfant ça pourri le couple, n’est ce pas ? Ca le vérole et suce son énergie vitale jusqu’à la moelle et fait de deux amants soudés, deux étrangers, haineux, aigris, abstinents et hideux. Enfin, c’est ce que tu as entendu, et comme là présentement, tu es enceinte de 6 mois et que tu aimes encore ton mec, tu te demandes si tu n’as pas fait la connerie du siècle en sacrifiant très certainement ton couple sur l’autel du désir de parentalité. 
Heureusement, il existe plein d’astuces pour entretenir son couple une fois le bébé arrivé ! 

Alors comment entretenir la flemme et le désir ? Comment ne pas se laisser bouffer par sa parentalité et redevenir les amoureux fougueux que l’on était jadis ?

L’amour

Ca y est bébé est là depuis plusieurs semaines ! Alors que tu te reposes de la trentième tétée de la soirée, tu jettes un rapide de coup d’œil à ton mec qui est avachi sur le canapé. Derrière ses lunettes maculées de tâches de mini doigts, brillent encore deux yeux bleus perçant. D’un bras agile, il tient un bébé, pendant que son autre main libre se fourre des chips dans le gosier. Alors qu’il mâche la bouche ouverte, des petites miettes s’éparpillent sur un début de bedaine qui se fraie discrètement un chemin hors de son sweat-shirt estampillé du logo de la société qui l’emploi.
20 minutes passées à regarder le bébé humain lécher ses mains pendant que tu lêches des miettes de chips sur les tiennes plus tard, tu donnes un coup de coude à l’homme. Celui-ci hoche la tête et grogne avec enthousiasme pour te signifier que malgré ton jogging bariolé, tes 10 kilos en trop et le lait caillé que tu as dans les cheveux depuis la veille, il te trouve très belle comme tu es et que tu peux commander une pizza sans culpabiliser.
 

Ne pas lutter

Alors que tu traines sur Instagram pour épier des gens qui ont des couples visiblement plus éclatant que le tien, tu réalises que cela fait presque 24 heures que ton mec et toi n’avez pas échangés de phrases traitant d’autre chose que d’excréments ou de miasmes en tous genre. Tu jettes un coup d’oeil à celui qui jadis était si vif et ce dernier te rend ton regard. Il te sourit et fait mine de t’envoyer un bisous en faisant claquer ses lèvres. A mieux y regarder, derrière les cernes et les miettes de chips, tu discernes quelque chose qui pourrait presque ressembler à de la fierté. Bien sur qu’à ce moment précis tout le monde rêve d’une sieste ou d’un cocktail sur une plage lointaine en compagnie d’éphèbes bronzés qui ne seraient ni lui ni toi. N’empêche que ce canapé, dans cet espace temps, reste un endroit safe, où l’amour est encore présent et ce malgré des nuits incertaines et des quantités astronomiques de fluides corporels qui maculent des joggings douteux que l’on a la flemme de changer à la moindre tache. A cet instant malgré les boites de pizza vides qui s’empilent dans la cuisine et l’envie de rapprochement sexy qui s’est fait la malle, la créature mi babillante mi braillante qui a profité d’une demi seconde le cul à l’air pour faire pipi sur le canapé vous rappelle que vous êtes autrement plus solides que quelques mois sans glamour.

Un temps pour tout

Un jour, il y a très longtemps, vous étiez ce duo flamboyant qui se promettait de ne jamais tomber dans les écueils de la parentalité. Vous ne deviendriez jamais ce couple de la loose qui s’aboie dessus en se jetant des couches sales à la tronche. Avance rapide sur le temps présent, l’échec est cuisant, en atteste l’aventure du jogging citée plus haut. Pourtant un jour, dans pas si longtemps, vous redeviendrez cette équipe de choc qui rira des déconvenues inévitables rencontrées par les jeunes parents. A ce moment là les enfants que vous avez fabriqué ensemble seront grands et vous laisserons l’espace nécessaire pour que vous puissiez faire ce dont vous avez envie, ensemble ou pas.

Si autant de parents tombent dans “ces pièges”, c’est peut-être simplement que ces pièges n’en sont pas vraiment et que la (re)conquête du glamour ne mérite pas que l’on perde son confort et son bien être.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

clear formSubmit