Comme tu n’as pas tes globes oculaires dans ta poche tu as bien remarqué que ton pays d’adoption devenait tout effervescent aux alentours du 5 décembre (date à laquelle je t’écris cet article. Il ne s’agit pas d’une coïncidence). La faute à un gus qui ressemblait vachement au père Noël avant que celui-ci ne se paye un relooking chez Coca Cola.

Le vieux monsieur, qui répond au doux nom de Saint Nicolas, se balade sur un cheval et est accompagné de valets vulgairement racisés pour l’occasion (contresens historique expliqué plus bas).

Mais qui est Saint Nicolas? Aka Sinterklas, saint patron des petits enfants sages?

 

Une jeunesse tumultueuse :

Nous sommes à la fin du 3e siècle après Jésus-Christ en Asie centrale quand Euphemius, riche bigot de son espèce, rencontre la jolie Anne (aucune source ne permet de démontrer ce fait mais comme c’est moi qui raconte l’histoire et que j’ai été biberonnée aux films Disney, j’ai décidé qu’Anne serait belle). Le couple vit heureux (enfin je suppose que ça ne va pas trop mal pour eux puisque Euphemius est richissime et qu’Anne n’a pas l’air de venir d’un milieu trop défavorisé non plus puisque son oncle n’est autre que Nicolas l’ancien, l’archevêque de Myre) mais aimerait un enfant pour parfaire son Bonheur. Malheureusement après des années d’essais torrides, rien ne vient.

Myre, le berceau original de Saint Nicolas.

Patara, anciennement Myre, le berceau original de Saint Nicolas.

 

Anne, désespérée par sa stérilité chronique, passe un deal avec le bon Dieu : s’il lui accorde un héritier, cet enfant sera totalement dédié aux choses pieuses.

Dieu entend la prière d’Anne la magnifique. et 9 mois plus tard : BIM Nicolas est là! Très dégourdi pour ses 30 minutes d’existence, on raconte que le nourrisson se serait levé avant de joindre ses mains en un signe de prière tendue vers le ciel pour remercier Dieu de lui avoir donné la vie. La prochaine fois que quelqu’un me chauffe les oreilles avec des « Han c’était mieux avant, les enfants aujourd’hui ils font des trucs bizarres, et ils savent utiliser un téléphone portable avant de savoir marcher » je lui exposerai cette petite anecdote.

Les premières années de Nicolas sont heureuses et sans histoire, seulement innondées d’amour parental. Pourtant les choses tournent vite au vinaigre puisque comme bien souvent à cette époque là, une épidémie de peste ravage le Pays (c’était mieux avant? Vraiment?) et emporte Anne et Euphemius, laissant leur petit Nico adoré orphelin alors qu’il n’a que 8 ans.

Un destin hors du commun:

“Mieux vaut être riche et en bonne santé que pauvre et malade”. Voici un proverbe asvec lequel Saint Nicolas n’est absolument pas d’accord et sa fortune hértée le complexe fortement. Il aimerait s’en débarasser afin de pouvoir enfin vivre en martyr abstinent et sous nutri. Pas de chance il est riche comme Crésus et en très bonne santé.

Je ne pense pas trop faire dans la psychologie de comptoir quand je vois dans sa piété et son abnégation une manière d’honorer ses parents au-delà de la mort. Sa mère a péri en lui donnant la vie (enfin non, mais comme à l’époque une femme sur deux mourait en couches ce n’est pas passé loin), il resent donc un grand besoin de s’accomplir dans le regard du public puisque les yeux de ses parents ne sont plus là pour le couver.

Plusieurs événements majeurs vont lui permettre cependant de se distinguer et  de s’affranchir de l’héritage familial :

Sauveteur des bonnes mœurs :

3 jeunes sœurs de la ville de Myre sont contraintes à vendre  leurs charmes pour subsister (pour que la nouvelle se propage si vite, on peut donc supposer que Myre comptait jadis 4 habitants: Nicolas et les 3 donzelles ). Ni une, ni deux, Nicolas qui a vent de l’affaire se précipite au domicile des pauvres âmes en déroute. Et que ne voit-il pas en débarquant devant la triste bâtisse de paille ? Des bas en train de sécher ! Si tu veux mon avis ça sent à fond le racolage passif et l’attentat à la pudeur toute cette histoire, mais Saint Nico n’est pas le genre à se laisser corrompre par la chair fraiche environnante. Plutôt que de sonner à la porte de l’habitation pour s’offrir un peu de bon temps, il remplit les bas des donzelles de pièces d’or issues de son patrimone personnel afin qu’elles puissent se constituer une dot et trouver un époux convenable au lieu de tapiner.

Cette histoire de cadeau surprise dans un bas suspendu te rappelle quelque chose ? C’est normal puisque cela vient de là !

Négociateur hors pair et marin valeureux :

Un jour tragique, le blé vient à manquer dans la ville de Myre et ses 4 habitants sont menacés (je t’avais prévenu un peu plus haut, vivre à cette époque et vouloir rester en vie plus de dix minutes me semble compliqué). Heureusement Nicolas, parvient à convaincre un marchand de blé qui navigue dans le coin de faire un saut à Myre pour y vendre son grain à haut prix. Il faut être fort pour convaincre un vendeur d’écouler manu millitari sa cargaison, surtout à prix d’or. Mais là où Nicolas a vraiment assuré, c’est qu’au lieu de devoir monter sur une petite barque et se taper tout le chemin jusqu’au milieu de la mer Méditerranée  pour localiser le fameux navire, notre cher Nicolas s’est contenté de se taper une petite sieste et d’aller parler au capitaine du bateau en rêve.

Pourtant ne crois pas que Saint Nicolas ne soit pas un as de la navigation puisqu’un jour où des matelots sont pris au piège d’une tempête qui les condamne à une mort aussi certaine que désagréable, l’un d’entre eux a la brillante idée d’invoquer Nicolas afin qu’il les sorte de là. Pas de problèmes ! Super Nico est toujours dispo et le voilà donc qui débarque sur le navire pour les conduire à bon port !

 

Si ça se trouve quand tu fais de drôles de rêves ce n'est pas parce que tu as mange trop de pepper notten avant d'aller de te coucher, mais parce que Saint Nicolas veut te faire passer un message!

Si ça se trouve quand tu fais de drôles de rêves ce n’est pas parce que tu as mange trop de pepper notten avant d’aller de te coucher, mais parce que Saint Nicolas veut te faire passer un message!

 

 

Sa rencontre avec le père fouettard : le début d’une belle histoire d’amitié :

À ce moment de l’histoire notre Nicolas national, devenu un homme dans la fleur de l’âge, a déjà la cote auprès des gens du coin. Pourtant Nicolas peine encore à trouver sa voix : sera-t-il un défenseur des bonnes mœurs ? Un négociateur agraire ? Un navigateur ? Un super héros (le mec sauve des gens en dormant, je te signale) ? Un super vilain ?

Il ne le sait pas encore, mais sa rencontre avec le père fouettard va tout changer.

Le père fouettard, aussi connu sous le nom de Piet le noir ou Zwart Piet (anachronisme latent puisque l’adjectif “noir” ne se justifiera que plus tard), officie à l’époque comme le boucher du bled. Le souci tu t’en doutes, c’est que si les habitants n’ont déjà pas de quoi faire pousser du blé, ils n’ont certainement pas de quoi élever du bétail.
Bagatelle ! Le père fouettard débite donc les petits enfants qui ont la malchance de trainer devant son échoppe. Pour les conserver, il les désosse et place cette viande fraiche dans un tonneau rempli de sel.

Nicolas ayant vent de cette affaire (en même temps il faut être sacrément attardé pour mener ce genre de petites combines quand tu vis dans la même ville que le saint…) se radine à la boucherie et ressuscite les petits enfants découpés en morceaux.

Je pense que les livres d’histoires n’ont pas su gérer l’intensité de la rencontre puisqu’on ne saura rien de ce qui s’est dit et tramé ce jour-là entre les deux hommes. Pourtant c’est là que tout se joue.

A la sortie de cet évènement hautement traumatique, le saint Nicolas est proclamé : « Patron des enfants » et aussi paradoxale que cela puisse paraitre… une amitié qui dure depuis presque 2000 ans débute avec Piet le sanguinaire.

Je vois bien un genre d’échange intense oú le boucher de Myre raconte à Nicolas une enfance difficile tiraillée entre une mère morte et un père tortionnaire et alcoolique. Nicolas peut s’identifier, lui aussi a perdu sa mère sacrifiée sur l’autel d’une antiquité dénuée de soins médicaux corrects (un peu comme aux Pays Bas en 2016). Les deux hommes s’inspirent, Piet devient bon, et Nicolas apprend doucement à penser un peu à lui. La preuve ? Le voyage à travers l’Europe qu’il s’offre chaque année à l’occasion de son anniversaire. Pour s’auto célébrer le Saint des enfants distribue des cadeaux aux bambins les plus sages.

Quand à Piet, un temps chargé de fouetter les enfants méchants, il n’a pas résisté à l’apparition de « l’éducation positive » dans les années 70 et s’est reconverti dans une carrière d’assistant/homme à tout faire très prolifique.

"TU SERAS MA MEILLEURE AMIIIIIIIIEEEEEEEE"

“TU SERAS MA MEILLEURE AMIIIIIIIIEEEEEEEE”

Son petit gabarit lui permet de se glisser dans les cheminées quand les portes d’entrées sont closes. Et c’est la couleur de la suie qu’il se met partout qui lui vaut ce nom.

Et oui, Saint Nicolas et Piet viennent de la même ville. Le Zwart Piet Néerlandais n’a donc aucun fondement historique qui permettrait de justifier à demi-mot une tradition obsolète.

 

Et toi tu fêtes plutôt Saint Nicolas ? Plutôt Noel ? Ou les deux ? Ou aucun parce que les cadeaux c’est sooooo 2015 ?

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

clear formSubmit