L’existence aux Pays-Bas est relativement douce. Tu peux me dire le contraire, m’enfin on est d’accord toi et moi qu’il y a quand même pire et que même si tu adores critiquer les autochtones parcequ’en vrai tu vis moyennement bien le fait qu’ils soient beaucoup plus grands que toi et qu’ils sachent faire du vélo sans les mains (ta jalousie te perdra mon petit pote) tu dois te rendre à l’évidence : depuis que tu as immigré tu vis la vie pépère et confortable.

Pourtant, quel intérêt a une existence sans un peu de piment aux allures de poil à grater pour illuminer ton quotidien? Et ne finirais-tu pas par perdre ton adorable tempérament latin si tu n’avais plus personne sur qui passer tes nerfs?

Alors pour toi, parce que je t’aime lecteur qui me suis depuis presque deux ans, je te liste les plaies de Hollande, celles qui font que des fois, malgré la citation de Ghandi que tu as collé sur la face intérieure de la porte de tes toilettes, tu as soif de feu et de sang.

untitled

 

La NS

Je commence par un sujet fédérateur : L’irréprochable, la très sainte NS. Reignant en créateur omnipotent sur le réseau férovière Néerlandais, la NS serait l’équivalent du Don Vito Corleone des Chemins de Fer. En admettant que Don Corleone soit manchot, cul de jatte, sourd, aveugle et atteint d’un syndrome d’Azheimer en phase terminale. Comme toute bonne compagnie de transport privée (ou pas d’ailleurs) d’Europe et d’ailleurs, la NS te propose un service discutable moyennnant un de tes organes vitaux.

Des fois, tu essayes de gruger et tu t’empresses donc de leur filer un bout de ton foie avant qu’ils ne réalisent l’arnaque. Mais hors de question de se laisser duper! Tu as intérêt à honorer ton trajet sans entourloupe sous peine de te manger une amende qui pique. Bien sûr à ce stade de l’histoire tu as un peu la rage, tu viens de te bouffer une prune alors que tu as passé deux heures à faire le guignol dans un train surbondé qui avait trois jours de retard. Tu t’es donc dit que vu la qualité du service tu n’allais pas check-in. Faut pas déconner.

Ah ça non, il ne faut pas déconner.

Merci de respecter les règles s’il te plait. Ce n’est pas de la faute de la très sérieuse compagnie si elle n’est pas préparée à affronter la pluie, Il ne pleut jamais au Pays-Bas. Comment aurait-elle pu prévoir ENFIN? Ce sera 37 euros, vous payez maintenant ou on vous envoit la facture par la poste?

 

Le publicitaire délirant qui a conçu ce spot n’a jamais du emprunter un train de sa vie. Sinon il saurait que la réaction de la mère de famille n’aurait pas été de sourire, attendrie, mais de se précipiter dans le lieu de culte le plus proche, son gamin sous le bras, pour pratiquer un exorcisme en urgence.

 

Les pistes cyclables

En ce moment c’est la foire d’empoigne à Paris. Les bobos de gauche font qu’à se plaindre de la pollution et sont en train de vouloir construire des pistes cyclables partout. Même au milieu des champs-elysées. C’est où qu’on va les faire nos défilés millitaires du 14 Juillet maintenant? HEIN?

Alors pour calmer les ardeurs des lobbys automobiles, les adeptes du gourou Hidalgo invoquent la situation idyllique néerlandaise où les bébés naissent en siège, à califourchon sur un vélo sans stabilisateurs (nous parlerons bientôt de l’accouchement aux Pays-Bas, j’en ai entendu grand bien) .

Grossière erreur.

1) Tout le monde sait qu’en France on n’aime pas trop trop que les autres pays viennent nous dire ce qu’on doit faire (cela dit on n’est pas les seuls).

2) On te ment. Le vélo c’est bien, c’est pratique, peu polluant et ça te fait faire du sport. Parceque sans ça… je te connais. Cela dit, détail non négligeable, si ton intégration ne se fera pas sans trajet à bicyclette, tu risques la mort à chaque coup de pédale.

Sur les pistes cyclable, se fréquente une faune hétérogène et dense dont la plupart des représentants ne peuvent pas se saquer entre eux et tiennent à se le faire savoir.

Il y a donc les touristes (nos ennemis à tous), qui sont lents parcequ’ils sont les seuls à faire attention et à respecter le code de la route, alors qu’ils ne devraient pas. Ensuite, il y a les autochtones, qui cumulent les missions (écrire un sms, allaiter leur bébé et griller une clope) en pédalant et pour finir on retrouve les expats qui y croient (c’est à dire qu’ils essayent de faire comme les locaux, mais n’y arrivent pas, alors ils tombent au milieu de la chaussé provoquant un carambolage).

En général c’est à ce moment là que deux ados en mobylettes se pointent et klaxonnent. Pas pour demander aux gens de s’écarter, mais pour leur signaler qu’ils arrivent et que quel que soit l’obstacle qui se dresse sur leur chemin il sera renversé. Tu es prévenu!

 

Il faut surtout du bon sens.

Il faut surtout du bon sens.

 

Les travaux urbains

Il est 6 heures du matin et tu t’endors à peine. Tu as passé la nuit à faire la fête avec tes voisins. c’est-à-dire que toi tu étais allongé dans ton lit et eux écoutait Despacito en boucle dans leur salon, mais l’épaisseur des murs rend l’atmosphère de l’immeuble chaleureuse.

6 heures du matin donc, soit 4 avant que ton chef ne te déclare comme définitivement en retard.

C’est à ce moment précis que le bruit du marteau piqueur retentit en contrebas dans la rue. Encore groggy de sommeil, l’humeur aussi maussade qu’un après-midi d’Août 2017, tu te diriges vers la fenêtre pour pouvoir jeter oeil assassin aux insolents qui osent…  Pour te trouver nez à nez avec un vitrier qui rigole. Il est tôt et la dernière fois que tu as dormi c’était la semaine dernière, tu mets du temps à te souvenir que tu vis au 3e étage et que dans notre monde tristement dénué de fantaisie personne ne sait encore voler. Tu finis quand même par comprendre qu’en quelques minutes à peine des mecs ont installé des échafaudages tout le long de ta façade d’immeuble.
Tu ne dormiras plus jamais.
Alors que tu hurles sur le pauvre type, celui-ci te répond, terrorisé (il croit à ce moment précis avoir affaire à une apparition maléfique, rapport au fait qu’aucun humain normal ne peut décemment avoir des cernes pareilles) que ça ne durera pas plus de deux semaines. Le souci c’est que la semaine précédente, c’est les arbres de la cour qu’il a fallu couper à la tronçonneuse, et celle d’avant les voisins (pas ceux qui sont restés bloqués sur le Raeggaton des années 2000, ceux qui viennent d’acheter l’appartement du dessus) ont “refait” leur intérieur. Je mets refaire entre guillemets, je ne savais pas que pour “refaire” quelque chose, il fallait balancer le plus fort possible des briques au sol, jusqu’à former un petit trou dans le dit sol-à-eux-plafond-a-toi qui vous permet dorénavant de vous faire coucou quand tu prends ta douche.

Ca se voit que le gonze ne vivait pas sur Kinkerstraat.

Le Eigen risico

Ce mois-ci tu t’en sortais bien, après avoir payé ton abonnement à la NS il te restait encore 5 euros pour t’acheter des chewing-gums et une bouteille de Sissi, on était le 7 du mois, tu étais large. Malheureusement c’est le moment qu’a choisi ton Eigen Risico pour te tomber dessus. L’Eigen Risico ou le concept du : Même si tu as déjà payé, ben tu payes encore, c’est quand ton assurance santé décide que malgré les 3000 euros que tu lui donnes chaque mois pour t’entendre dire “Madame cet abcès dentaire sera à votre charge, votre assurance ne le couvre pas, 500 euros s’il vous plait.”, tu dois quand même payer les 300 premiers euros de soins annuel de ta poche, parce que c’est la loi.

Si tu es en bonne santé et que tu n’as pas eu la délicieuse idée de tomber enceinte au cours des derniers mois, il est possible que tu ne dépasses pas ces frais. Le calcul suivant est à la portée de tous les élèves de CP : si tu n’as besoin que d’une consultation par an, coutant dans les 25 euros, plus une plaquette d’antibiotique (AHAHAHAHAHAHAHAHAHAH) qui, elle, coûte dans les 15 euros, tu en auras au final pour 40 euros. Que de toute façon tu finiras par payer car 40 euros c’est bien en deçà des 300 premiers euros (j’ai été à l’école moi Madame!).
Alors puisque de toute façon tu te cognes tes propres frais de santé pourquoi payer chaque mois une somme astronomique? C’est une question intéressante. Je n’ai pas la réponse mais je sais que si tu ne le fais pas tu risques de te prendre une amende.
Personne n’est vraiment Néerlandais tant qu’il ne s’est pas mangé 400 euros de rappel à l’ordre gemeentesque pour “ne pas avoir été enregistré pendant 7 jours” ou “ne pas avoir souscrit d’assurance santé”. J’en ai passé des nuits à hurler à la lune, pleurant le départ de mes deniers chéris, difficilement gagnés. Cela dit, l’Eigen Risico (ou Own Risk) est une notion assez floue, si tu es muni d’une carte d’assurance santé valide, la plupart des cabinets médicaux ou hôpitaux ne te demanderont pas d’avancer les soins. Ce sera à l’assurance de te réclamer des sous du plus tard. Si possible dans 5 ans et demi quand tu auras changé de prestataire depuis longtemps et que tu ne penseras plus du tout à ton ancienne souscription. C’est toujours sympa d’avoir des nouvelles des anciens copains.

FAUX. Tu ne gagnes jamais contre une compagnie d’assurance maladie.

Les moustiques

Là tu te dis pourquoi elle me parle de moustique alors qu’elle aurait pu me parler de bitterballen et de météo : Ca c’est des sujets importants quand on parle de plaies néerlandaises mais là les moustiques… pff… Franchement je ne lirai plus ses articles, c’est n’importe quoi. Pauvre meuf.
C’est exactement ce que veut le moustique : diviser les gens afin de les isoler et les détruire plus facilement. Ne te fie pas à sa petite taille et à son bzz bzzz rigolo. L’insecte a un plan et il est simple : détruire l’humanité. Tu me diras que considérant l’attitude de l’humain rapport à son environnement naturel, les espèces animales qui nourrissent secrètement le dessein de tous nous voir crever doivent être nombreuses et on ne peut pas leur en vouloir. Oui mais la différence c’est que le moustique n’agit ni par nécessité ni par instinct de préservation, le moustique agit par plaisir.

La tactique d’intimidation est toujours la même : cette nuit tout est calme, enfin. Tu t’allonges paisiblement dans ton lit, et rapidement la torpeur t’envahit. Pourtant à la seconde qui sépare encore l’éveil du sommeil tu l’entends : il bourdonne a ton oreille, te sortant immédiatement de cet état de pesanteur délicieuse où tu commençais déjà à baver gentiment. Comme ton sens de la dextérité n’est pas ce qui te caractérise le mieux, tu te retournes une self claque en essayant machinalement de zigouiller l’animal. Évidemment tu n’y parviens pas. Spoiler alert : tu n’y parviendras jamais.

Tu vas donc allumer la lumière pour localiser le nuisible qui aura miraculeusement disparu. L’épuisement (ils n’ont démonté les échafaudages que ce matin) te plonge dans un état de délire où plus rien ne discerne le fantasme de la réalité.  Tu en déduis donc que le moustique s’est volatilisé et ne reviendra pas. Tu éteins ta lumière et le sommeil revient, juste au moment où ton coude commence à te gratter. Le vicieux est encore là, tu l’entends au loin. À moins que ce ne soit une hallucination auditive provoquée par tes nerfs trop fragiles?

Au petit matin, couvert de piqures, tu essuies des spasmes nerveux alors que ton compagnon ouvre un oeil torve mais néanmoins reposé : “- Bah t’en fait une tête?” quand tu lui exposes ta situation il se marre “- C’est marrant, ils viennent toujours vers toi les moustiques, moi ils ne m’emmerdent jamais”. Preuve s’il en faut que l’animal aime monter les uns contre les autres des gens qui jadis s’aimaient follement , tu commences ta journée sur une engueulade monstrueuse, le partenaire en question ayant moyenne appréciée que tu lui balances ton oreiller de grossesse dans la tronche.

Quand c'est un moustique tu peux. J'ai vérifié, sur la chaine alimentaire le moustique ne sert à rien.

Quand c’est un moustique tu peux. J’ai vérifié, sur la chaine alimentaire le moustique ne sert à rien.

Et toi? Quelles sont les nuisances Néerlandaises qui t’indisposent le plus?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

clear formSubmit