Félicitations, tu as réussi à passer moult épreuves et te voilà au plus près d’un avenir heureux dans notre belle ville batave. La dernière étape, qui je te le concède a tout du chemin de croix, sera de te loger.

On est jeune et on vit d’amour et d’eau (ou de bière fraiche) mais il ne faut pas exagérer non plus. On n’est pas des taupes et on ne va pas se creuser un terrier dans un recoin du VondelPark pour se protéger du froid.. Il faut donc trouver une endroit pour passer l’hiver au chaud.
Bref, à ce stade de l’aventure, tu es plein d’espérance, ton visage frais et reposé affiche un sourire conquérant bien qu’extrêmement naïf et tu te dis qu’avec tes 450 euros de budget mensuel tu vas te dégoter un petit studio à l’aise.

Comme tu n’es pas trop gourmand tu te contenteras du Pijp, du Jordan ou de l’Oud west. Tu te vois déjà en train de façonner un petit nid à ton image, avec une tête de cerf cartonnée en 3D accrochée au mur et des assiettes style “porcelaine de Delft” version érotique dans le placard de ta kitchenette. Tu auras même une bibliothèque avec de vrais livres dedans. Tu n’as pas ouvert un bouquin depuis l’achat de ton premier smartphone fin 2011 mais les nouveaux amis un peu arty qui viendront prendre l’apéro chez toi n’ont absolument pas besoin de le savoir. La vie sera belle et… Je t’arrête tout de suite. Les choses ne vont pas de se dérouler ainsi.

Original_Brian-Patrick-Flynn-Dan-Faires-bedroom-horizontal_s4x3_jpg_rend_hgtvcom_966_725

La question du studio.


Le studio, voire l’appartement, en solo légal (c’est à dire avec un enregistrement à la clef) est une option tout à fait envisageable pour peu que tu aies 2000 euros mensuels à débourser.
Si ton budget avoisine plutôt les 800 euros (en dessous n’y pense même pas : c’est tellement mort que même un arthropode nécrophage n’en voudrait pas pour le dessert) tu auras cependant la possibilité de te dégoter un adorable 10 mètre carres dans une zone industrielle du Zuidoost à seulement 30 minutes à pied d’une gare ou assimilée. MAIS NE TE CHAGRINE PAS! “Un bus à destination de Duivendrecht passe toutes les heures les jours de semaine “, t’explique le propriétaire des étoiles plein les yeux ! Et regarde comme c’est pratique, tu n’as pas besoin de te lever de ton lit pour déjeuner, ni faire quoi que ce soit d’autre d’ailleurs ! Pour ne rien gâcher (à ce stade d’excitation je ne sais pas toi mais moi j’ai déjà viré entitée liquide)  le lit une place qui trône fièrement de tout son volume au milieu de la pièce a un sacré charme. Et puis qui a besoin d’une salle de bain? La douche c’est vraiment pour les tocards, et avec la pluie qui tombe régulièrement, hop une bassine sur le bord de la fenêtre et te voilà tout propre!
Comme tu as déniché l’affaire du siècle, le proprio est sympa et convivial et n’augmente le loyer que de 5% chaque année alors que “La loi m’autorisait à monter jusqu’à 6% d’augmentation mais je t’aime bien et je suis sympa” (* bruit de sanglots *, les tiens pour le coup).

Parfois, pourtant, tu es chanceux et tu tombes sur une annonce fort alléchante qui te promet un beau 30 mètres carrés spacieux dans le Pijp, avec une salle de sports au rez-de-chaussé et un sauna au dernier étage. Bien sûr dans les 350 euros de loyer internet, le gaz et l’eau sont inclus. La caution est un peu élevée : environ 10 mois de loyer que tu devras régler d’un coup via un virement Western Union direction l’Angleterre. Le propriétaire voulait vraiment te rencontrer mais le pauvre est coincé à Londres pendant les trois prochains mois pour son travail. Pourtant c’est toi qu’il a choisi malgré le grand nombre de candidats intéressés. Donc dépêche toi de payer, sinon il choisira quelqu’un d’autre. Une visite? Pourquoi faire, tu as tout de très bien expliqué grace aux photos et tu n’as absolument pas besoin d’en savoir plus sur ton futur chez toi avant d’emménager.

Heureusement qu’il y a des gens généreux prêts à te sous-louer leur logement social! Comme tu viens de perdre 3500 euros, tu es un peu fauché et la proposition du type qui te propose son 50 mètres carrés pendant qu’il dormira dans son garage pour la maudite somme de 500 euros par mois te semble correcte. L’appartement à un aspect vétuste qui lui confère un certain caractère. En vieillissant on revoit ses exigencies à la baisse et les marques de griffures  barbouillées de traces brunâtres jonchant les murs ne t’impressionnent pas. Le type te dit que si tu promets de ne pas faire de bruit entre 10 heures et 8 heures du matin et de faire une Croix sur l’obtention d’une adresse légale (bagatelle, QUI a besoin d’une assurance santé?), l’appartement est pour toi.  Il se renseigne ensuite : est-ce que tu aimes bien laisser trainer tes petites culottes sales? Parce qu’il passe parfois à l’improviste pour “vérifier que tout va bien” . Quand tu lui dis que non, il a l’air déçu et se dit prêt à baisser le montant du loyer si tu règles ce petit détail.

La question de la colocation

La colocation c’est sympa. Ça te permet de rencontrer du monde et de vivre dans une ambiance conviviale avec des gens ouverts d’esprits venus du monde entier. Enfin c’est ce qu’on te raconte dans l’Auberge espagnole et sur ta brochure Erasmus. La vérité diffère légèrement et si certaines baraques hébergent une ambiance à la New girl (et je l’ai vécu, et c’était bien mais ça n’a pas duré parce que ce genre de choses ne durent jamais) en général tu te retrouves plutôt dans une version amateur d’un épisode de Twin Peaks.

Lorsque tu viens visiter pour la première fois l’appartement que tu seras obligé d’accepter parce que personne d’autre n’a répondu à ton appel désespéré sur Facebook, PX ouvre la porte.
PX a 50 ans et se présente comme gérant de la colocation. En vérité PX est le propriétaire de la demeure mais son style de vie alternatif ne lui permet plus de payer les charges mensuelles et sans ta contribution généreuse il sera à la rue dans deux semaines. Le couloir qui mène au salon est sombre, ce qui explique sans doute la taille des pupilles dudit PX.
Le potentiel futur colocataire est enthousiaste. Dans mon Pays un niveau d’enthousiasme pareil, on appelle ça de l’hystérie.
Il sautille et durant le trajet dans le couloir qui dure environ 10 secondes, il te demande trois fois si tu as trouvé facilement. Te voilà à présent dans le salon. De petites pépites de chocolat maculent la moquette couleur rouille, enfin tu espères que ce sont des pépites de chocolats mais les petits couinements derrière le canapé ne t’orientent pas dans cette direction.

À ce moment de l’histoire, comme pour achever de te convaincre, PX t’explique que ce n’est pas précisé dans l’annonce mais que tu dormiras dans le salon. Il te fait un clin d’oeil (La physionomie de PX résiste aux lois de la physique élémentaire et malgré le néon criard et le grand soleil froid qui brille à l’extérieur, sa pupille reste désespéremment grande et noire comme un soir sans lune) et te dis que c’est chouette de dormir dans le séjour car c’est la pièce la plus grande de la maison et qu’il est plutôt discret, surtout la journée, puisque généralement c’est à ce moment-là qu’il pionce. Le reste du temps, ne t’en fais pas, il essaiera de ne pas parler trop fort pendant que tu dormiras sur le canapé.

LAuberge-Espagnole

MAIS ALORS, COMMENT SE SORTIR DE CE MERDIER?

Adopter un local : Propriétaire depuis ses 12 ans, le local a rapidement compris qu’investir dans un bien immobilier lui reviendrait bien moins cher que de le louer. Il se permet d’ailleurs de te le faire remarquer régulièrement. C’est le moment de jouer sur la corde pragmatique (la corde sensible ne fonctionne pas sur le local) : le partage des charges lui fera faire d’importantes économies. Pour que le local ne se sente pas plumé (tu ne pourrais pas lui reprocher de se méfier) explique lui qu’il peut te virer dès qu’il en a envie (dans un article futur je t’expliquerai comment bien prendre soin de ton local afin que cela ne se produise pas).

Comment reconnaître un local? Lève la tête et capte un regard clair qui culmine à 50 centimètres au-dessus du tiens. Félicitation ! Tu as trouvé un local!

Explorer les environs : Si tu es Parisien, tu es très a cheval avec la notion de périphérique et le traverser te donne des sueurs froides. Amsterdam aussi possède le sien, qu’on appelle “The Ring” pour d’évidentes raisons. Le dépasser peut faire mal mais je te promets que très vite la douleur s’estompe au fur et à mesure que ton compte en banque verdit. Un petit coup de train te permet d’accéder au centre-ville Amstellodamois en une dizaine de minutes et des bus de nuit desservent ces zones résidentielles qui proposent en outre tout le confort urbain nécessaire (infrastructures, parcs, commerces…). Par exemple : Diemen, Amstelveen, Zandaam .

Se résigner : Qui sait, PX est peut-être un homme charmant qui n’attendait plus que toi pour devenir quelqu’un de bien?

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

clear formSubmit